Une alimentation adaptée à l'espèce est indispensable au bien-être des animaux. Le système digestif de l'âne est adapté à un habitat dans le désert et par conséquent à une utilisation optimale d'une nourriture maigre. L'efficacité du système digestif de l'âne domestique est supérieure à celle des chevaux.

A l'écurie, il est recommandé de leur mettre à disposition tout au long de la journée du foin et de la paille, riches en fibres et pauvres en protéines et en calories. Pour une bonne digestion, les ânes ont aussi besoin de bois comme composant de leur nourriture. Il peut être donné sous forme d'écorces et de branches (des sortes non toxique comme le bouleau, le hêtre, les arbres fruitiers (non traités), les noisetiers) et de buissons. Au parc, ils ont besoin au moins une fois par jour de foin ou de paille s'ils ne peuvent pas se nourrir uniquement avec ce qu'ils y trouvent (p.ex. dans des pâturages trop pauvres).

La malnutrition entraîne des dégâts de santé, tels que maladies du métabolisme et déformation des sabots. Le grand besoin de fibres et la nécessité de ronger est à prendre en considération dans la composition de l'alimentation.
Les ânes souffrant d'un excès de poids ont tendance à avoir des déformations des sabots et des maladies du foie. En Europe du nord, les ânes souffrent beaucoup plus souvent de sur- que de sous-alimentation.
Les animaux trop richement nourris risquent, entre autres, la fourbure.
Les endroits typiques pour l'accumulation de graisse sont le cou, qui se développe en "chignon", et la région des reins.

Les matières fourragères riches en calories ne devaient pas être données à l'âne ou seulement en petites quantités. Avoine, céréales ou autre nourriture énergétique peuvent être régulièrement données seulement lors de performances corporelles importantes ou en hiver lorsque la température descend en-dessous de 0°.
Seuls les ânes amaigris et les ânesses allaitantes (pas les ânesses portantes) devraient recevoir de la nourriture riche comme des rondelles de betteraves ou éventuellement du fourrage concentré. Il faut être prudent lorsque l'on donne du pain, qui est un aliment énergétique.
Le bois fait partie de l'alimentation de l'âne
De l'eau fraîche et propre en quantité illimitée doit être quotidiennement à disposition des ânes. La propreté des réservoirs d'eau ou des abreuvoirs est à contrôler chaque jour. Le besoin d'eau quotidien dépend du travail, de l'alimentation et des conditions de climat pour les ânons et les adultes, mais on peut se baser sur environ 8 à 10 litres par 100 kg de poids. L'âne attache une grande importance à la qualité de l'eau. Lorsque de nouveaux animaux arrivent dans une écurie il faut faire attention à ce qu'ils boivent assez d'eau.

Les abreuvoirs à niveau automatique sont une bonne solution. En hiver un câble chauffant (à protéger des morsures!!) peut éviter le gel des conduites et des abreuvoirs. La neige ne remplace en aucun cas l'eau.

Les abreuvoirs avec des surfaces lisses se nettoient facilement. Lors de l'installation d'abreuvoirs  rappelons que les ânes ont un sens du jeu marqué et risquent d'utiliser les abreuvoirs à cet effet. Il est indispensable de contrôler quotidiennement si les abreuvoirs fonctionnent.
Un bac à lécher minéral doit être à disposition des animaux. L'idéal est le bac à lécher pour bovins. Les éleveurs prendront garde à ce que les ânesses portantes et allaitantes aient à disposition de la vitamine E et du sélénium afin d'éviter que leurs petits ne soient victimes de la maladie du muscle blanc (myopathie-dyspnée).

Lors de la cohabitation d'ânes avec des moutons et des chèvres il est important de rappeler qu'on ne peut pas donner à ces derniers de sels minéraux contenant du cuivre!